Catégories
Blog

La liberté ou la santé !

Image © Mathilde Florance, 2021

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les discussions des justes mesures à prendre ont souvent eu tendance à opposer ces deux valeurs que sont la liberté et la santé. Pour les tenants de la liberté, une bonne mesure ne doit pas nuire à la liberté individuelle – c’est-à-dire qu’elle doit être aussi peu contraignante que possible. Pour les tenants de la santé, une bonne mesure doit avoir un rapport coût/bénéfice acceptable en termes de bien-être physique et psychologique*.

Or ces deux perspectives ont des défenseurs notables, mais différents. D’un côté, les professions médicales ont évidemment tendance à privilégier la santé. Cette approche perçoit les restrictions de liberté comme légitimes, pourvu qu’elles permettent de diminuer le nombre de morts, de patients en réanimation, voire simplement d’individus contaminés. Face à eux, un certain nombre d’intellectuels médiatiques ont défendu l’importance des libertés individuelles. Ils affirment que leur restriction est dangereuse, même dans un contexte de pandémie. La liberté serait, en ce sens, supérieure à la santé. Mais est-il seulement possible de comparer liberté et santé ?

Tu préfères la liberté, je préfère la santé ; des goûts et des couleurs on ne discute pas.

Il semble d’abord impossible d’affirmer la priorité systématique de la liberté sur la santé, pas plus que l’inverse. On accepterait vraisemblablement sans hésitation d’avoir le rhume une journée si cela nous épargnait dix ans d’esclavage. Inversement, il serait envisageable de se voir imposer une unique fois un plat sain à la cantine d’entreprise si cela nous évitait, sur le long terme, de développer une maladie grave. Il ne s’agit donc pas d’établir une supériorité ou infériorité de principe entre liberté et santé, mais plutôt de savoir quelle quantité ou quel type de liberté on serait prêt à sacrifier au nom de la santé ou le contraire.

C’est ici, hélas, que la question devient redoutable. Il est en effet difficile de quantifier la liberté. Il est parfois possible de comparer plusieurs situations et dire qu’un individu est plus libre dans l’une que dans l’autre, mais cela n’est pas toujours le cas. Deux mois de travail forcé valent mieux que dix ans. Mais est-on plus libre si l’on doit accepter à vie un travail illégal et aliénant ou bien si l’on doit donner un rein ? Si l’on est contraint par des raisons financières ou par la force physique ?

La santé paraît plus clairement quantifiable. On peut, par exemple, mesurer l’espérance de vie, le niveau de douleur, le degré de perte de fonction de membres ou d’organes, le bien-être psychologique, etc. Bien que partielles et imparfaites, ces mesures ont le mérite d’exister. En revanche, leur multiplicité rend difficile une mesure objective ou unique du niveau de santé.

Même si liberté et santé sont parfois quantifiables, un problème supplémentaire est que ces quantités ne sont pas comparables. Comment déterminer combien d’« unités » de liberté vaut une « unité » de santé ? Est-il concevable de choisir deux fois plus de libertés au dépens de la moitié de sa santé ?

Nous avons donc affaire à un problème de valeurs incommensurables – c’est-à-dire qu’elles ne peuvent être quantifiées selon une grandeur commune. Lorsqu’on doit faire un choix entre une mesure menant à davantage de santé, mais moins de liberté, et une autre ayant les conséquences opposées, il n’existe pas de moyen de les départager en mettant sur une même balance la santé et la liberté. De ce fait, cette situation se rapproche de celle d’un jugement de goût. Tu préfères la liberté, je préfère la santé ; des goûts et des couleurs on ne discute pas. On pourrait au mieux espérer persuader autrui, sans jamais pouvoir lui démontrer la priorité de notre valeur sur la sienne.

Sommes-nous toujours et nécessairement dans une telle impasse ? Une stratégie de sortie est d’observer qu’une mesure privilégiant a priori la santé ou la liberté pourrait aussi avoir des conséquences néfastes pour cette même valeur.

Un défenseur de la santé peut refuser une mesure pourtant vouée à maintenir cette dernière ; de même pour la liberté.

Voici par exemple un argument souvent entendu : une mesure de confinement est sanitairement bénéfique (du moins, supposons-le), au prix d’une liberté amoindrie. Or cette privation de liberté pourrait elle-même avoir des conséquences sanitaires négatives : l’isolement continu pourrait augmenter le taux de suicide ou plus généralement nuire au bien-être psychologique. Indépendamment de sa validité**, cet argument est pertinent pour tout défenseur de la santé, qui doit alors comparer des conséquences positives et négatives en termes de santé – conséquences qui lui importent. Il est alors possible qu’une mesure entraînant une privation de liberté soit refusée par qui se soucie uniquement de la santé.

Un argument similaire peut également toucher le défenseur de la liberté. Définissons d’abord la liberté comme le nombre d’options disponibles pour un individu. Une mesure qui maintient la liberté (qui évite, par exemple, le confinement ou le port du masque en extérieur) au prix de conséquences négatives en termes de santé (augmentation des contaminations, des réanimations, des morts) peut également nuire à la liberté. En effet, la mauvaise situation sanitaire augmente les risques de mauvaise santé chez un individu. Celle-ci entraînerait l’impossibilité de certaines activités habituellement réalisables, et donc une diminution de liberté. A l’échelle collective, l’absence de restrictions initiales (respect des gestes barrières, isolement des cas contacts) peut, du fait d’une situation sanitaire devenue hors de contrôle, entraîner la mise en place de restrictions ultérieures plus fortes (comme un confinement national). Il ne s’agit alors plus d’opposer liberté et santé, mais certaines libertés à d’autres, voire aux mêmes.

Cependant, on peut aussi définir la liberté comme l’absence de contraintes extérieures, notamment de la part de l’État, sur les actions individuelles : c’est ce qu’on appelle la « liberté négative » (prisée notamment des libertariens). Il est possible d’être peu libre au sens où on a peu d’options disponibles, sans que cela provienne de privation de liberté « négative » : le peu de choix dont on dispose ne provient pas forcément de contraintes extérieures. Un défenseur de la liberté négative peut-il cependant être touché par un argument semblable au précédent ? Il semble que oui. Par exemple, le refus de contraintes mineure (distanciation sociale, port obligatoire du masque en extérieur) pourrait, en raison des conséquences sanitaires négatives, aboutir à la mise en place de privations majeures (comme un confinement). Même un ardent défenseur de la liberté négative pourrait donc en venir à accepter une mesure coercitive et ce même s’il n’accorde pas d’importance à la santé de tous et de toutes.

La leçon générale est simple. Lorsqu’une mesure implique l’opposition de valeurs incommensurables, comme ce qu’il s’est passé lors de la pandémie de covid-19, une solution permettant la discussion est d’évaluer toutes les conséquences à l’aune d’une valeur unique. Cette évaluation est possible lorsque l’altération d’une valeur a typiquement des conséquences sur l’autre. Elle permet la prise en compte d’effets contradictoires du point de vue d’une même valeur. Comme nous l’avons vu, un défenseur de la santé peut refuser une mesure pourtant vouée à maintenir cette dernière ; de même pour la liberté. Il existe donc au moins une façon d‘échapper aux discussions sans issue dans lesquelles chacun prétend démontrer la supériorité de sa valeur favorite.

Finalement, que faire si une personne refuse une (absence de) mesure contre la Covid-19 au nom de la liberté ou de la santé ? Pour espérer une discussion fructueuse, peut-être vaut-il mieux lui parler de la valeur qu’elle considère comme prioritaire.

* Les défenseurs moins mesurés de la santé comme valeur clament simplement la supériorité des considérations liées à la santé sur d’autres (liberté, économie…), sans même discuter les rapports coût/bénéfice de telle ou telle mesure.

** Sur la question des effets réels des mesures de confinement sur le bien-être, voir sur ce blog le billet précédent de Florian Cova.

Par Cedric Paternotte, maître de conférences en philosophie des sciences à Sorbonne Université. @cedric_p
Image © Mathilde Florance, 2021

5 réponses sur « La liberté ou la santé ! »

Oui d’accord et très juste de ne pas opposer la santé à la liberté. Et soutenir que la liberté de l’un peut aussi entraver la liberté de toute une collectivité. La décision du gouvernement de laisser libre choix à la vaccination sauf pour le personnel soignant a ce goût amer de restreindre la liberté individuelle par l’ intermédiaire du passe sanitaire donc plus de contrôle dans la vie de tous les jours pour tous . Peut être cela ne peut que faire monter la tension sociale et le sentiment d’insécurité. En tout cas ça marche, les gens se font vacciner mais sous contrainte même si ce n’est pas obligatoire !

Même si vous l’avez un peu évoqué (un peu seulement), sans vous y arrêter, il y a une 3 ème variable qui peut permettre de sortir du dilemme rigide liberté-santé, c’est…le collectif (ou, dit autrement: les Autres, voire…la Fraternité). Si tout le monde veut être libre de faire n’importe quoi, en 2 semaines on est tous confinés (donc non-libres): ici, la liberté mène à l’enfermement. Par contre, si on privilégie la santé (à l’origine: le seul masque et la seule distanciation sociale), les contraintes sont faibles et ne nuisent en rien à la liberté (on bouge masqué et distant). A ce moment là, la santé allait de pair avec la liberté (et le collectif était protégé du virus). MAIS, comme le masque et les distances inter-individuelles n’ont pas été respectés (au nom d’une jouissance immédiate de liberté totale), on s’est retrouvé, TOUS, dans un nouveau confinement. Rebelote. Reconfinement. MAIS, la liberté totale a de nouveau était privilégiée par un nombre important de gens: en cet été 2021, on est donc victime (une nouvelle fois) de la liberté revendiquée par certains. La vaccination obligatoire (contrainte) est le fruit de la liberté irresponsable (alors qu’une liberté responsable était possible): la liberté de certains a produit la contrainte à la vaccination de tous. Depuis 2 ans, la liberté génère sans cesse de l’enfermement et les contraintes. Au point où on en est (vaccination nécessaire), si de nouveau la liberté est privilégiée par trop de monde (refus de la vaccination), alors c’est une nouvel enfermement (restriction de liberté) qui nous attend. Morale de l’histoire: si tout le monde (Macron, d’abord) avait pensé au collectif dès le départ (mars 2020), au lieu de pousser les gens à aller au théâtre ou au stade de Lyon (liberté), nous aurions gardé notre liberté (masquée et distante) et notre santé. Le souci des Autres (fraternité) aurait alors produit de la liberté et de la santé.

Bien sûr on revient toujours au maxim enseigné aux lycéens en philosophie  » la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Reste à savoir où mettre la limite quand est ce que la mienne comme à empiéter sur celles des autres ? Là où est le débat …et le dilemme rigide entre la liberté et santé est en fait un faux problème. On peut aller au théâtre ou au stade en respectant les distances sociales avec une passe sanitaire ( on a beaucoup aussi reproché à Macron de fermer les lieux de culture ! ) . Liberté et santé alors vont de pair. Mais la passe sanitaire est liberticide pour les uns oups 🙁 …. là je manque d’arguments à moins de prôner l’obligation vaccinale qui serait à la fois égalitaire ( la France ne serait plus coupée en deux camps vaccinés et non vaccinés situation des plus dangereuse aussi pour favoriser les variants) , fraternel , et liberté …. paradoxalement car plus de passe sanitaire. Quoiqu’on fasse pour être libre il faut accepter aussi une certaine contrainte être vacciné ( que je différencie d’obligation, je dirais que les contraintes sont les conséquences pratiques de fait de l’obligation). Encore un maxim niveau lycée la liberté est ce qui dépend de nous. Donc s’il y a obligation vaccinale par nécessité sanitaire dans un contexte de pandémie c’est le gouvernement qui prend sa responsabilité cela ne dépend plus de chacun de tergiverser. Et je dirais que le vaccin est nécessaire reste à savoir s’il est suffisant l’avenir nous dira.

Oui je me rappelle en Mars 2020 il y avait un concert Indochine à Clermont Ferrand ( chacun sa référence le stade de Lyon aucun souvenir !) et il n’a pas été annulé et à cette époque on n’avait pas de masque ni test PCR bon s’il l’avait été…est ce que cela aurait changé quoique ce soit ? Peut être dans la confiance de la gestion de la crise? Encore le gouvernement serait taxé de liberticide par certains aussi !

Chouette article. Effectivement ici les deux valeurs sont commensurables, probablement en raison du statut particulier de la santé comme bien premier, nécessaire à l’exercice de sa liberté…

Je suis moins convaincu par l’argument de la liberté négative (ou alors je ne l’ai pas compris) :

« le refus de contraintes mineure (distanciation sociale, port obligatoire du masque en extérieur) pourrait, en raison des conséquences sanitaires négatives, aboutir à la mise en place de privations majeures (comme un confinement) »
-> à la mise en place par qui ? si c’est par l’Etat, ou imposée de manière non consensuelle, y aurait pas davantage de raison d’accepter ces privations majeures, non ?
Bien sûr, ça pourrait mener à une bonne réduction par l’absurde contre la liberté formelle des libertariens, qui pourrait ultimement aboutir à l’éradication de toute l’humanité par l’exercice libre par quelques superspreaders de leur propriété de soi. Mais même d’un point de vue interne au libertarisme, j’ai l’impression que ce que les pandémies (ou la question climatique) donne à voir c’est le manque de prise au sérieux par la plupart des libertariens des externalités, qui auraient des conséquences très importantes pour leur théorie. Ça fait un moment que j’ai envie de faire une vidéo là-dessus 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.