Catégories
A propos

Présentation du projet Epancopi

La pandémie de Covid-19 implique de nombreuses questions éthiques qui sont étroitement liées à des problèmes épistémologiques, qu’il s’agisse par exemple de l’éthique des essais cliniques, des décisions de confiner tout ou des parties du territoire, ou des politiques de vaccinations. En effet, il semble difficile de se demander si ces différentes pratiques sont moralement acceptables et justifiables sans s’interroger en même temps sur les connaissances scientifiques qui les sous-tendent. Sur tous ces points, force est de constater que la recherche philosophique française est restée en retrait jusqu’ici. Ce retrait s’est manifesté premièrement par l’absence pure et simple de publication francophone sur certains des enjeux éthiques de la pandémie et sur les différentes manières de les aborder. Il n’existe par exemple à ce jour aucun article philosophique de référence qui défendrait (ou qui éventuellement contesterait) l’obligation vaccinale, alors que celle-ci est depuis quelques mois au cœur de l’actualité, et que la France compte comme l’un des pays dont les citoyens sont les plus résistants aux vaccins. La question du confinement, quant à elle, n’a fait généralement l’objet que de tribunes dans les grands journaux, qui ont contribué à entretenir l’image particulièrement tenace en France selon laquelle la philosophie serait essentiellement une activité d’essayiste dissertant sur « la liberté » ou « le pouvoir médical ».

L’absence de recherche philosophique francophone sur ces questions éthiques liées à la Covid‑19 crée un vide préjudiciable dans l’espace de discussion publique, qui devrait pouvoir idéalement être occupé par des argumentations solides. Cela a notamment conduit à un accaparement de ces questions par des personnes philosophiquement non qualifiées, ainsi qu’à des prises de position cavalières quant à la valeur des essais cliniques contrôlés randomisés, ou de la méthode scientifique en général. En parasitant la réception des données scientifiques et en entretenant une forme de complotisme médical, ces prises de parole ont probablement contribué à entretenir une forme de défiance vis-à-vis des discours officiels quant à la réalité de la pandémie, de ses effets sociaux, et des modalités de lutte contre celle-ci. Elles ont ainsi polarisé un débat qui aurait au contraire gagné à pouvoir être nuancé.

Le but de ce projet, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), est donc de proposer des contributions philosophiques liées à la pandémie, en fédérant des chercheurs compétents en éthique appliquée et en épistémologie. Ce carnet de recherche a pour but d’alimenter un débat public de qualité par la publication régulière de textes courts et accessibles sur ces enjeux.

Porteurs·es du projet : Samuel Lepine (Université Clermont Auvergne, @TrashtalkingSam) ; Juliette Ferry-Danini (Université de Toronto, @FerryDanini) ; Cédric Paternotte (Sorbonne Université, @cedric_p)

Chargé de recherche, responsable du site : Thomas Bonnin (Université Clermont Auvergne, @Tom_Bonnin)

Chercheurs·es associé·es : Florian Cova (Université de Genève, @CovaFlorian) ; Denis Forest (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Henri Galinon (Université Clermont Auvergne) ; Sébastien Gandon (Université Clermont Auvergne) ; Elodie Giroux (Université Lyon 3) ; Quentin Rodriguez (Université Clermont Auvergne)

Historique des publications

Epancopi dans les médias

Catégories
Blog

Il est stérile de rattacher l’hésitation vaccinale au complotisme.

Image © Mathilde Florance, 2021

Si la France a pu déchanter, ces derniers jours, sur la supposée supériorité de son équipe de football masculine, notre nation peut cependant se targuer d’une supériorité incontestable dans un autre domaine : la défiance envers les vaccins. Des rapports (comme celui du Wellcome Global Monitor) attestent de l’intensité, spécifique à notre pays, du désamour ressenti envers cette solution préventive.

Catégories
Blog

La liberté ou la santé !

Image © Mathilde Florance, 2021

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les discussions des justes mesures à prendre ont souvent eu tendance à opposer ces deux valeurs que sont la liberté et la santé. Pour les tenants de la liberté, une bonne mesure ne doit pas nuire à la liberté individuelle – c’est-à-dire qu’elle doit être aussi peu contraignante que possible. Pour les tenants de la santé, une bonne mesure doit avoir un rapport coût/bénéfice acceptable en termes de bien-être physique et psychologique*.

Catégories
Blog

Si vous êtes pour le port de la ceinture, pourquoi ne seriez-vous pas aussi pour l’obligation vaccinale ?

À propos d’un argument d’Alberto Giubulini et Julian Savulescu.

© Mathilde Florance, 2021

Doit-on rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19 ? Cette question, récurrente dans le débat public hexagonal, est souvent abordée de manière pragmatique. Est-il prématuré, au vu de nos connaissances, d’intégrer ces vaccins dans l’arsenal des vaccins obligatoires ? Est-ce qu’une imposition précipitée risque de provoquer l’opposition de la population ? En d’autres termes, il s’agit de savoir s’il est prudent ou avisé de rendre la vaccination obligatoire.

Catégories
Blog

Faut-il refuser le confinement au nom du bien-être psychologique ?

par Florian Cova, département de philosophie, université de Genève

© Mathilde Florance, 2021

Depuis le 3 avril 2021, les Français sont reconfinés sur l’ensemble du territoire métropolitain. Le retour de cette mesure drastique est l’objet de controverses. Parmi les raisons de s’y opposer, on trouve l’idée selon laquelle les coûts psychologiques du confinement seraient de loin supérieurs aux bénéfices pour la santé. Cette position présuppose deux idées sur le confinement : (a) que ses conséquences psychologiques néfastes sont évidentes et (b) que ses bénéfices pour la santé ne le sont pas.