Catégories
Blog

Si vous êtes pour le port de la ceinture, pourquoi ne seriez-vous pas aussi pour l’obligation vaccinale ?

À propos d’un argument d’Alberto Giubulini et Julian Savulescu.

© Mathilde Florance, 2021

Doit-on rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19 ? Cette question, récurrente dans le débat public hexagonal, est souvent abordée de manière pragmatique. Est-il prématuré, au vu de nos connaissances, d’intégrer ces vaccins dans l’arsenal des vaccins obligatoires ? Est-ce qu’une imposition précipitée risque de provoquer l’opposition de la population ? En d’autres termes, il s’agit de savoir s’il est prudent ou avisé de rendre la vaccination obligatoire.

Du point de vue de l’éthique, la question se pose différemment. Est-il moralement légitime de rendre la vaccination obligatoire ? Avons-nous le devoir de nous faire vacciner ? Lorsqu’elles sont abordées, ces questions le sont presque exclusivement sous l’angle de la solidarité. Sous cet angle, la vaccination est une « bonne action » : une mesure de protection pour soi qui diminue les dangers encourus par autrui. Le refus de se faire vacciner pourrait, par conséquent, être perçu comme un acte moralement condamnable : il revient à nuire à autrui délibérément.

Il est tentant d’opposer à cet argument le respect des libertés individuelles : nous sommes censés être libres de choisir ou non d’être solidaires, de nous exposer ou non à des risques, ou même d’adopter une conception différente de la solidarité. De plus, l’obligation vaccinale, une décision politique, soulève des questions d’éthique de santé publique. Elle interroge ce que l’État peut entreprendre pour promouvoir et protéger la santé de la population au détriment de l’autonomie du choix individuel.

Dans ce billet, j’aimerais présenter un argument en faveur de l’obligation vaccinale proposé par Alberto Giubilini et Julian Savulescu, chercheurs en bioéthique à l’université d’Oxford. Dans cet article, publié en 2019, les auteurs proposent une analogie entre la vaccination et le port de la ceinture de sécurité, dans le but de soutenir la légitimité de l’obligation vaccinale. Pourquoi pourrait-on rapprocher ces deux phénomènes ?

D’abord, Giubilini et Savulescu notent que l’obligation du port de la ceinture, à l’époque, a elle aussi été perçue comme une restriction injustifiée des libertés individuelles (voir les témoignages d’archives dans la vidéo ci-dessous).

Ses détracteurs ont pu souligner les blessures, pourtant très occasionnelles et généralement bénignes, que peut occasionner le port de la ceinture. Ces risques paraissent d’autant plus légers au regard des nombreuses hospitalisations et drames humains qui peuvent être évités grâce à la ceinture. Sur le plan individuel comme sur le plan collectif, le port de la ceinture est largement justifié par la combinaison de bénéfices conséquents et de risques faibles. Cela sous-tend, d’un point de vue moral, la légitimité de cette mesure de santé publique qui restreint les libertés individuelles.

Qu’en est-il de la vaccination ? Giubilini et Savulescu soulignent que les risques liés à la vaccination sont difficiles à évaluer statistiquement : les effets secondaires indésirables, dont le pire est la mort, sont des événements très rares. Le vaccin rougeole-oreillons-rubéole, par exemple, engendre des « convulsions fébriles » chez un enfant sur mille, et plus rarement encore un purpura thrombopénique, qui est une maladie bénigne du sang. Malgré la faiblesse du risque, les millions d’enfants vaccinés garantissent, statistiquement, qu’un certain nombre d’enfants souffrent de ces effets secondaires. Ce raisonnement s’étend à de nombreux médicaments, même les plus courants comme l’acide acétylsalicylique (“l’aspirine”) ou le paracétamol.

Quelle que soit notre réaction à ces risques, l’obligation vaccinale nous retire le choix d’ingérer ou non un médicament. Certains parents dénoncent ainsi cette imposition indiscutable de risques à leur progéniture. Pourtant, la vaccination apparaît largement préférable à la non-vaccination : les risques qu’elle fait courir sont faibles en comparaison des ravages causés par les maladies infectieuses contre lesquelles elle nous protège. Selon les conditions de vie, la rougeole tue un enfant pour cent à un pour cinq mille, tandis qu’aucun des effets secondaires du vaccin n’est létal. En ce sens, les bénéfices et risques posés par les vaccins sont analogues à ceux du port de la ceinture.

Le refus de se faire vacciner contre un virus mortel est analogue au fait d’ouvrir le feu à l’aveugle en pleine rue ou de laisser traîner des liquides toxiques autour de soi.

Les auteurs remarquent que l’obligation vaccinale paraît plus délicate à défendre lorsque l’immunité de groupe est atteinte. Est-ce qu’on oblige certains individus, dans ce cas de figure, à s’exposer à des risques sans tirer de bénéfices ? Cependant, en prenant en compte la variabilité de la couverture vaccinale, la vaccination est là encore un choix plus rationnel, même à l’échelle individuelle. Sachant que nous ne pouvons jamais être certains que tous soient vaccinés autour de nous, il vaut toujours mieux l’être soi-même. Pour résumer, le même raisonnement conduit à une affirmation catégorique du bien-fondé, sur le plan individuel comme collectif, du port de la ceinture et de la vaccination.

L’analogie de la vaccination avec le port de la ceinture de sécurité rencontre cependant certaines limites. Les risques que l’on fait courir à autrui si l’on ne se fait pas vacciner sont en fait bien plus importants que si l’on ne porte pas sa ceinture. Giubilini et Savulescu considèrent que le refus de se faire vacciner contre un virus mortel, et auquel on pourrait être exposé, est l’équivalent d’ouvrir le feu à l’aveugle en pleine rue ou de laisser traîner des liquides toxiques autour de soi. Selon ce raisonnement, il est donc moralement plus légitime de défendre l’obligation vaccinale que celle du port de la ceinture de sécurité.

À partir de là, on peut s’étonner des tergiversations du gouvernement sur l’obligation vaccinale contre la Covid-19. C’est d’autant plus surprenant que cette maladie a amplement démontré sa capacité à faire dérailler l’ensemble de notre vie sociale, et à court-circuiter de nombreux secteurs d’activité économique. Tout comme pour le port de la ceinture de sécurité, les résistances à l’obligation vaccinale ne semblent pas présenter d’objection forte à sa légitimité morale. Au fond, est-ce qu’il ne serait pas plus problématique de ménager les susceptibilités de chacun au détriment de l’intérêt public ?

Giubilini et Savulescu soulignent que, dans les pays où il est imposé, le port de la ceinture est devenu une évidence pour la majorité des automobilistes. C’est aussi le cas de l’obligation vaccinale pour de nombreuses maladies. La vaccination contre la Covid-19 pourrait donc suivre un scénario similaire. Il faut toutefois prendre en compte l’existence de sources de résistances spécifiques aux vaccins en général, et à celui de la Covid-19 en particulier. Elles proviennent notamment de l’incompréhension du fonctionnement exact du vaccin et de son processus de fabrication, de l’existence d’un choix de modèles aux modes d’action, risques, et efficacité différents, et de la fluctuation dans les recommandations d’utilisation qui en découle.

Une autre divergence entre le vaccin et la ceinture est que, pour cette dernière, les risques encourus sont particulièrement tangibles : il suffit d’avoir vu une voiture retournée sur le bas-côté pour imaginer ce qui pourrait nous arriver. Les campagnes de prévention de la sécurité routière ont été particulièrement efficaces en ce sens. Ces risques sont probablement plus difficiles à se représenter dans le cas de certaines maladies infectieuses. Ils concernent, pour la plupart, des maladies presque endiguées ou des malades que nous ne voyons jamais.

Dans le cas de la Covid-19, les choses sont peut-être encore plus perverses. Nous sommes entourés de malades asymptomatiques, ou atteints de très légers symptômes. Cela peut mener à sous-estimer le risque posé par cette maladie, et donc à relativiser les bénéfices de la vaccination. De plus, une communication publique calamiteuse a entraîné une certaine défiance envers les vaccins, en particulier une perception éxagérée des risques associés à certains.

Ces phénomènes contribuent à rendre invisibles les bienfaits des vaccins contre la Covid-19 : la réduction de la mortalité et des formes graves de la maladie, la diminution de la contagiosité, et plus généralement l’espoir de retrouver une vie normale, dans laquelle aucun secteur d’activité ne serait pénalisé par l’existence de la maladie.

Par Samuel Lepine, maître de conférences en philosophie morale et politique à l’université Clermont Auvergne. @TrashtalkingSam
Image © Mathilde Florance, 2021

(Une version étendue de cet article est disponible en suivant ce lien)


18 réponses sur « Si vous êtes pour le port de la ceinture, pourquoi ne seriez-vous pas aussi pour l’obligation vaccinale ? »

Merci pour cet article et pour les échanges qui en découlent. Les débats passionnés actuels sur la vaccination m’ont fait penser aux débats sur le port obligatoire de la ceinture de sécurité il y a 40 ans et j’ai été très amusé de tomber sur cet article. Pour moi, la notion de civisme, comme le dit Baud Minh dans son commentaire., me semble centrale et justifie cette analogie. D’autant plus en France où nous contribuons tous à un système de sécurité sociale qui nous donne des droits mais nous engage à des devoirs. Je pense comprendre les américains qui, au nom de leur sacro sainte liberté individuelle, rechignent à contribuer à un système de sécurité sociale car ce système incite nos gouvernements “sociaux democrates” à promulguer des lois concernant notre santé qui entravent nos libertés individuelles (ceinture, tabac, etc..).

A votre avis, pourquoi la moitié des soignants refusent les vaccins à ARNm ? Par égoïsme ? Bien sûr que non, ce sont des soignats. C’est parce qu’ils connaissent le concept de balance bénéfices-risques. Et qu’ils savent que cette balance est encore mal connue en ce qui concerne les vaccins à ARNm.

Merci. Dans ce cas, que faites-vous de l’autre moitié des soignants qui décident de se vacciner ? Il y a peut-être tout simplement autant de crainte chez certains soignants que dans la totalité de la population. Mais dans tous les cas, postuler que l’ensemble des personnels soignants qui seraient actuellement dans une situation d’hésitation vaccinale (ou même de refus), le seraient simplement parce qu’ils sont mieux à même de savoir ce qu’il en est me semble aller un peu vite en besogne, et rester à prouver.

Comparaison totalement fallacieuse car on connaît parfaitement les bénéfices et les inconvénients du port de la ceinture de sécurité, ce qui n’est pas du tout le cas des vaccins anti-covid.
– Rappelons que ces vaccins sont toujours en phase de test.
– Plus généralement, on n’a aucun recul sur le vaccin à ARNm qui est une nouvelle technique mise au point dans les années 2010.
– On ne sait pas encore si ces vaccins sont efficaces contre les nouveaux variants et donc
– On ne sait pas si ces vaccins pourront enrayer la pandémie.

Merci. La situation est tout de même un peu plus complexe me semble-t-il. La phase d’expérimentation sur les vaccins actuellement sur le marché est terminée. La phase 3 est encore en cours, mais nous sommes rentrés dans une phase de pharmacovigilance, qui est un processus standard pour la plupart des mises sur le marché. Il est normal d’être vigilant, mais il n’y a à l’heure actuelle pas de raison particulière de s’inquiéter des principaux vaccins (et le fait que la technologie ARNm soit nouvelle ne constitue pas en soi une raison de s’en inquiéter, seulement une raison supplémentaire d’être vigilant).
En revanche on a des raisons de s’inquiéter de la diffusion du virus, notamment parce que cette diffusion contribue précisément à produire de nouveaux variants. Si les vaccins ne mettent pas fin à la propagation du virus, on sait qu’ils la limitent quand même, et qu’ils contribuent donc indirectement à limiter l’apparition de nouveaux variants. On sait également que les vaccins ARNm sont relativement efficaces contre les variants principaux, dont Delta (moins que contre les anciens variants, certes, mais efficaces quand même).
Donc en l’état actuel, vous avez raison de dire qu’on ne sait pas si les vaccins pourront enrayer la pandémie, mais on peut aussi affirmer légitimement qu’ils constituent la seule arme véritablement efficace. Ce n’est certes pas la seule arme, et d’autres débats (comme la filtration de l’air) sont malheureusement complètement occultés, mais il n’est pas clair que l’on dispose d’une autre ressource aussi efficace en l’état actuel.

Quelques compléments ici :

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/07/08/covid-19-les-essais-de-phase-3-des-vaccins-sont-ils-termines-depuis-des-mois-comme-l-affirme-olivier-veran_6087580_4355770.html

https://www.vidal.fr/actualites/27475-variants-de-sars-cov-2-quelle-efficacite-pour-les-vaccins-en-vie-reelle.html

https://www.huffingtonpost.fr/entry/covid-efficacite-des-vaccins-contre-le-variant-delta_fr_60f571f9e4b01ba8eed85424

Merci pour l’initiative de cette ANR qui pourrait enfin apporter un peu de raison en cette période où les injonctions et les réactions épidermiques semblent être les seuls modes d’expression socialement acceptables.
En ce qui concerne l’analogie entre le port de la ceinture et le vaccin contre la rougeole, je la trouve pertinente.
Par contre vis-à-vis de l’injection visant à prévenir le covid je trouve qu’il serait plus adéquat de faire l’analogie avec les google car (ou autres modèles de voiture autonome basée sur une intelligence artificielle).
Ces voitures sont un progrès technique incroyable, elles évitent les causes de la plupart des accidents à savoir l’erreur humaine, mais les données sur les risques encourus sont faibles et proviennent de ceux qui cherchent à les vendre.
Et la question posée n’est pas accepteriez-vous de remplacer votre voiture par une google car, mais êtes vous d’accord pour rendre obligatoire les google car?
Je n’ai pas d’avis tranché, et tant que les tenants de chaque option ne confronteront pas leurs arguments posément, je ne risque pas d’en avoir un. Votre initiative est donc une lueur d’espoir.

Merci beaucoup pour votre message. L’analogie que vous proposez est intéressante en effet ! A cette différence, peut-être, que dans le cas des vaccins, on a déjà un historique qui laisse penser que c’est une méthode fiable, et des moyens de réaliser des études indépendantes, non ? Une autre différence, me semble-t-il, est qu’il n’y aurait aucune raison de rendre obligatoire les G-cars, dans la mesure où il existe d’autres moyens de se déplacer. Là, la situation paraît plus complexe dans le cas de la pandémie, où le vaccin se présente de plus en plus comme l’arme principale, et sans laquelle il sera difficile d’en finir avec cette situation.

Bonjour même si la ceinture de sécurité m’a sauvé la vie, je trouve irritant d’être obligée de la mettre à chaque fois et risquer une amende et perdre 3 points quand je n’ai pas la ceinture de sécurité alors que je ne peux pas provoquer un accident de la route en cas d’infraction. Voilà pour argumenter pour quoi je ne suis pas d’accord pour l’obligation de port de ceinture de sécurité alors que je suis à 100% pour l obligation vaccinale anti Covid. Avec un bémol en cas de décès à cause du vaccin qui est responsable? Et est il en droit de réclamer de l’Etat des indemnités ? Que prévoit le droit dans ce cas?

PS c’est étonnant qu’il y ait pas encore l’ obligation de mettre un casque en vélo 🙂

Bonjour Minh,

Merci pour le commentaire. On pourrait effectivement argumenter dans ce sens, comme le souligne l’article, puisque de fait il est moins dangereux d’un point de vue collectif de ne pas se vacciner que de ne pas porter la ceinture (et oui, il est étonnant que le casque ne soit pas encore obligatoire à vélo !).
Pour ce qui est de la législation, il semble qu’une indemnisation soit prévue en cas de préjudice lié à un vaccin obligatoire (voir ici : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F13284 ). Cela fait partie également des points qui sont discutés par les philosophes dans le cadre de l’obligation vaccinale, et nous y reviendrons sûrement dans un prochain papier.

Oui merci pour votre lien pour le préjudice en cas d’obligation vaccinale.
J’ai réfléchi (pendant les vacances ça aide 🙂 … pour le casque en vélo bon l’an mal l’an presque tout le monde le met c’est accepté sauf exception ( à Strasbourg par exemple ville vélo par excellence et 0 casque en ville mais c’est plaisant aussi et agréable). Donc est ce que une obligation est toujours une mesure coercitive et contraignante pour généraliser une pratique dont le bénéfice est certain mais mal accepté par la population? On n’ a besoin de l’obligation quand déjà il y a un consensus et acceptation. Donc forcément c’est une mesure impopulaire à court terme, et c’est seulement à moyen et long terme que l’obligation fait sens….
Pour la ceinture de sécurité , même si je ne pourrais être directement responsable d’un accident en absence de celle ci, mais par mon accident et mon handicap qui en découlerait parce que je n’avais pas la ceinture de sécurité je pourrais coûter cher à la société. Donc c’est du civisme aussi de mettre la ceinture de sécurité …. d’où obligation pour une mesure qui si elle n’était pas obligatoire ne serait pas adoptée par le plus grand nombre, contrairement au casque en vélo. Laissons nous le plaisir d’avoir la tête à découvert de temps en temps en pédalant.

Pour la non-scientifique que je suis, ça fait du bien de lire une argumentation retournée dans tous les sens: merci!
Et merci pour les très belle illustrations!

Merci pour cet article qui donne tout sens à l’ obligation vaccinale pour la Covid-19 je trouve. Je suis souvent outrée par l’ évocation dans certains medias, discours, du risque des vaccins mais dont les risques ne sont pas explicités. Cela a pour effet, me semble-t-il, de donner l’ impression que la balance bénéfices risques entre se faire vacciner et être malade serait à égalité ce qui est une erreur.
Concernant ce commentaire sur la soi-disant “pensée unique” que diffuserait cet article, ce n’ est pas sérieux de dire cela! Christophe, vous n’ apportez aucun argument à valable!

Comparer le port de la ceinture (bénéfice absolument indiscutable) à l’obligation de la vaccination (particulièrement dans le cadre du COVID où son apport pour l’ensemble de la population reste encore largement à prouver) montre bien l’absence de rigueur de l’analogie entre des arguments qui n’ont pas les mêmes clés logiques. Au final, vous en rajoutez une couche sur le sentiment d’une dérive d’une société dans laquelle la pensée unique prévaut… Consternant et désespérant.

Merci pour votre commentaire, Christophe. Au nom de l’équipe du site, nous sommes désolés que la lecture de cet article vous plonge dans un tel désarroi.
A titre personnel, je respecte, bien que je ne partage pas, votre point de vue sur l’efficacité actuelle de la vaccination contre la Covid-19. Pour ce qui concerne la différence de « clés logiques » derrière l’obligation vaccinale et celle du port de la ceinture, j’avoue ne pas vous suivre : vous pensez que celle proposée par l’article (c’est-à-dire l’analyse coût-bénéfice) n’est pas applicable ou pertinente à l’un de ces deux objets ?
En vous remerciant pour votre lecture.
Thomas

Merci pour votre commentaire. J’avoue ne pas bien comprendre en quoi l’apport du vaccin contre la covid resterait à prouver. Il est désormais assez bien prouvé que le vaccin réduit drastiquement les risques de mortalité chez les personnes à risque, qu’il limite la contagiosité, et tous les pays qui ont eu une campagne de vaccination massive ont enfin pu retrouver une vie à peu près normale avec réouverture des lieux publics, restaurants, etc.
Quant à la “pensée unique”, je ne sais pas sur quel sondage vous vous appuyer en particulier pour la connaître. Mais quoiqu’il en soit, il me semble que pour évaluer un argument il faut simplement se soucier des raisons qu’il présente, et non pas de savoir s’il va ou non dans le sens de la pensée dominante (qui peut être dans le vrai comme dans le faux). Cordialement.

Bel article, cependant je trouve réducteur de comparer vaccin et ceinture de sécurité. En cas d’accident très grave la ceinture ne suffit bien souvent malheureusement pas. En cas de forme grave du virus le vaccin lui agit. Tout comme ce faire vacciner protège aussi les autres alors que mettre sa ceinture ne protège en rien les autres. Dans la même idée et si l’on compare uniquement l’acte, le fait simplement de mettre sa ceinture ne tue pas. Alors que simplement ce faire vacciner peut tuer. Bref pour toutes ces raisons et celle que je n’ai pas le temps d’évoquer ici je trouve la comparaison très mauvaise.
Pour ma part je pense que nous sommes en démocratie le législateur est là pour légiférer et pour l’instant le vaccin n’est pas obligatoire. Cela mérite certainement un débat au plus haut de nos instance. Ce blog a le mérite de soulever le débat depuis la base, en espérant que nos chères élus puissent en discuter sereinement et de manière apaisé.
Quand à nos deux joyeux lurons , je recite:«  Giubilini et Savulescu considèrent que le refus de se faire vacciner contre un virus mortel, et auquel on pourrait être exposé, est l’équivalent d’ouvrir le feu à l’aveugle en pleine rue ». Ils déforment quelque peu la réalité en jouant sur les mots. Rajouter « potentiellement » devant mortel aurais suffit à donner un peu moins d’impact à leur paraboles.

“J’avoue ne pas bien comprendre en quoi l’apport du vaccin contre la covid resterait à prouver.”
On ne sait pas si les vaccins marchent avec les nouveaux variants. Et pour cause : il faut beaucoup plus de temps pour faire des essais cliniques qu’il n’en faut pour que de nouveaux variants apparaissent.
Donc attention aux gens (comme les mythomanes du gvt) qui vous promettent la fin de la pandémie grâce au vaccin.

Merci pour votre message. En réalité, on a déjà de bonnes raisons de penser que les vaccins (ceux à ARNm en tout cas), sont plutôt efficaces contre les variants actuels les plus dominants, comme le Delta. Et on sait également que cette efficacité est mise en cause contre d’autres variants tels que Epsilon. On peut toutefois espérer que la force du variant Delta tourne à son désavantage, car c’est manifestement celui qui se répand le plus actuellement, et non le variant Epsilon. Mais il ne semble pas fictionnel de penser également que l’on pourra adapter les vaccins à d’autres variants, comme on le fait chaque année pour la grippe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.