Catégories
Blog

Un argument libertarien en faveur de l’obligation vaccinale ?

Image © Mathilde Florance, 2022

En France, les débats sur l’obligation vaccinale proprement dite ont décru lors de l’instauration du passe vaccinal. On retrouve, cependant, une idée partagée par les opposants à ces mesures : ces contraintes constituent une atteinte inacceptables aux libertés individuelles. Dans une poursuite de la réflexion entamée dans ce billet, je vous présente ici une défense, d’un point de vue libertarien, de l’obligation vaccinale.

Les libertariens – un mouvement idéologique principalement ancré aux États-Unis – sont des défenseurs radicaux des libertés individuelles. De ce point de vue, la liberté des individus d’acquérir et d’échanger des biens est une valeur fondamentale et naturelle qui a la priorité sur tout le reste. Cela implique des interventions minimales de l’État. Le rôle de l’État – minimal – dans ce système est de permettre aux libertés individuelles de s’exercer. Cela passe par l’instauration et le maintien de marchés libres, et implique de veiller à ce que l’exercice de la liberté des uns n’empiète pas sur celui des autres.

Une mesure telle que l’obligation vaccinale est une imposition. De ce fait, elle restreint clairement la liberté de choix des individus. Comment cette atteinte manifeste aux libertés pourrait-elle être conciliée avec une position libertarienne? Une proposition dans ce sens a été effectuée, dans un article paru en 2018, par le philosophe américain Jason Brennan. Nous allons tâcher de transposer son argument dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Nous allons donc commencer par un résumé, un tantinet optimiste, du contexte actuel :

  • Le Covid-19 est une maladie virale, dont la sévérité est globalement faible mais la forte contagiosité entraîne une mortalité importante et une forte pression sur le système hospitalier, et par conséquent des dommages socio-économiques importants.
  • Il existe un vaccin efficace contre cette maladie, qui réduit fortement le développement de formes graves de la maladie visée, et provoquant peu d’effets secondaires.
  • La campagne de vaccination a eu pour effet de fortement réduire l’impact de cette épidémie sur nos vies. Les vagues épidémiques sont désormais caractérisées par une mortalité plus faible et une saturation moindre des services hospitaliers ne sont pas saturés. Les activités économique et sociale – et donc l’exercice des libertés individuelles – peuvent désormais se poursuivre.

Un.e libertarien.ne, dans ces circonstances, n’aurait aucune objection à ce que l’État lance des campagnes de vaccination. Iel trouverait aussi admissible que des docteurs, au nom de leur liberté, refusent de traiter des patient.es non-vacciné.es.

Sous quelles conditions, cependant, serait-il acceptable que l’État oblige une population à la vaccination?

Un.e libertarien.ne accepterait qu’un État contraigne ceux dont les actions entraînent désastres ou catastrophes, ou font courir un risque inconsidéré à autrui.

Prenons l’exemple d’un individu armé d’un pistolet qui tire en l’air dans une foule. Il s’agit peut-être, aux yeux de cette personne, d’une activité extrêmement plaisante. Cet individu, au nom de l’exercice de ses plaisirs, fait cependant courir le risque – même faible – que les balles ainsi tirées blessent quelqu’un en retombant. Il est donc acceptable, d’un point de vue libertarien, pour un État d’interdire cette activité.

L’analogie entre cette situation et l’obligation vaccinale, dans le contexte du Covid-19, est cependant assez ténue. Un individu non-vacciné ne fait pas courir un risque aussi tangible et immédiat que les balles perdues d’un individu armé aux loisirs d’un goût contestable, car il ne transmet pas nécessairement la maladie.

Au-delà de cela, cette analogie fait l’erreur de présenter la situation sous un angle individuel, alors que les risques créés par les non-vaccinés sont à considérer de façon collective. Aucun individu n’est responsable par lui-même, par sa vaccination comme par d’autres comportements, de la survenue et de l’aggravation de l’épidémie.

Que serait, donc, une action collectivement nuisible, digne d’une privation de liberté individuelle, du point de vue libertarien?

Un individu peut se joindre à l’action d’un groupe à visée clairement liberticide sans commettre, soi-même, d’actes répréhensibles. L’imagination n’a – tristement – aucun de mal à se représenter de telles situations : un fonctionnaire de la bureaucratie d’un État génocidaire, un membre passif d’un groupe qui passe à tabac des innocents…

Les dégâts collectifs causés par des non-vaccinés n’ont – fort heureusement – rien à voir avec ceux de ces exemples. Ces derniers servent à illustrer comment la responsabilité individuelle peut – d’apparence – disparaître dans le cas d’actions collectivement nuisibles à autrui.

La difficulté reste, évidemment, de tracer la limite entre risques acceptables et inacceptables.

Les risques collectifs provoqués par les non-vaccinés peuvent – pour reprendre l’analogie routière évoquée dans un article précédent – être analogues à ceux de conducteurs en état d’ébriété. La chance que ces derniers provoquent des accidents est faible, mais l’effet – à l’échelle collective – de ces comportements est d’accroître les accidents graves sur les routes. Ces nuisances collectives peuvent être totalement non-intentionnelles, pour exemple la dégradation de sites historiques, tels que la grotte de Lascaux, par l’excès de visites, même si ces visites, elles, sont bien intentionnelles.

Brennan considère que dans de telles circonstances, où les comportements individuels intentionnels adoptés à l’échelle collective contribuent – même imperceptiblement – à des risques ou à des dommages établis, il est acceptable pour l’État de les interdire. Cela même dans un état libertarien.

Reste à savoir, pour conclure, si le refus d’être vacciné contre le Covid-19 est un comportement de cette nature, et donc si – de ce fait – cette obligation vaccinale serait acceptable. Bien que l’efficacité de la vaccination soit aujourd’hui établie, et que nous avons vu sous quelles conditions une approche libertarienne tolère des restrictions de libertés individuelles, les libertariens sceptiques peuvent formuler de nombreuses objections légitimes.

La difficulté reste, évidemment, de tracer la limite entre risques acceptables et inacceptables. Toute activité, à commencer par la conduite, implique un risque pour autrui. Les risques collectivement causés par les non-vaccinés peuvent-ils être considérés comme suffisants?

Les libertariens pourraient, de plus, contester le caractère englobant et indifférencié d’une telle mesure. Des non-vaccinés vivant relativement isolés, ou choisissant volontairement de limiter leurs interactions sociales en période de pandémie ne font pas courir de risque plus prononcés que des vaccinés, surtout les plus sociables d’entre eux.

De plus, on pourrait considérer, en changeant de perspective, que le refus de l’obligation vaccinale est un geste de sauvegarde, sur le long-terme, de nos libertés, et serait donc bénéfique du point de vue collectif ! En effet, la suppression d’une liberté, quelle qu’elle soit, pourrait nous rapprocher d’un État coercitif, ce qui peut avoir des conséquences collectives terribles en cas d’incompétence, de manipulation (du fait, par exemple, de l’influence de lobbys) ou encore de la facilitation de privations supplémentaires de liberté. Ces arguments sont fréquemment invoqués par les opposants aux mesures coercitives liées à la vaccination (que ce soit le passe sanitaire ou l’obligation vaccinale), et nous voyons donc qu’ils ne sont pas d’emblée irrationnels ou hors de propos.

Pour résumer, l’obligation vaccinale n’est pas en principe incompatible avec la défense des libertés individuelles. Que l’on décide de l’accepter ou non exige des considérations supplémentaires, liées à la limite acceptable des risques que l’on peut librement faire courir à autrui, à la pertinence du caractère englobant de cette mesure, et d’une peur d’un glissement de l’action de l’État vers l’autoritarisme.

On peut dire, en conclusion, que la question de l’obligation vaccinale soulève chez les libertariens des objections de nature similaires à celles qui apparaissent dans d’autres courants de pensées.

Par Cedric Paternotte, maître de conférences en philosophie des sciences à Sorbonne Université. @cedric_p
Image © Mathilde Florance, 2021


Citer ce billet
epancopicedric (2022, 25 mars). Un argument libertarien en faveur de l’obligation vaccinale ? Covid-19 : enjeux éthiques et épistémologiques. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofvh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search