Catégories
Blog

Les non-vaccinés seront-ils éliminés par la sélection naturelle ?

Image © Mathilde Florance, 2021

Lors de discussions crispées autour de la vaccination, il nous arrive parfois d’entendre des personnes vaccinées affirmer l’élimination future par sélection naturelle des non-vaccinées, et de cela en tirer une certaine satisfaction. Au-delà de l’attitude, moralement problématique, je vous invite, dans cet article, à nous interroger sur la signification et la validité de cette idée, à savoir :

Quand une personne non vaccinée meurt du Covid-19, peut-on dire que la sélection naturelle est à l’œuvre ?

Avant tout, qu’est-ce que la sélection naturelle ? Il s’agit de la conjonction de trois conditions. Il faut

  1. qu’une caractéristique donnée varie au sein d’une population ;
  2. que cette variation provoque chez les individus concernés une différence en termes de nombre moyen de descendants (associée à une différence de survie et/ou de pouvoir reproducteur)
  3. que cette variation soit héritable (que les descendants de ces individus aient davantage de chances de posséder que la variation que le reste de la population).

Sous ces conditions, la sélection naturelle entraîne, de génération en génération, une évolution de la proportion des individus dotés de cette variation dans la population. Une variation héritable positive ou négative (en termes de nombre moyens de descendants) aboutit, respectivement, en un accroissement ou un décroissement de la proportion de la population possédant cette variation.

On ne peut assigner l’action de la sélection naturelle au niveau des individus, où le hasard est toujours en mesure d’agir. Même le prédateur le plus efficace peut mourir frappé par la foudre. Au contraire, la sélection naturelle opère toujours à l’échelle d’une population.

La (non-)vaccination est elle une caractéristique dont la variation influe sur le nombre de descendants ?

Pour déterminer cela, il faut comparer les proportions respectives de morts chez les non-vaccinés et les vaccinés plutôt que les nombres absolus de morts. Ces derniers sont trompeurs : dans une population largement vaccinée, et même avec un vaccin très efficace, il mourra davantage de vaccinés que de non-vaccinés. Une étude publiée le 1er novembre par l’Office National des Statistiques britannique, menée entre le 2 janvier et le 24 septembre 2021, affirme que le taux de mortalité chez les non-vaccinés est 32 fois plus important que chez les vaccinés. La non-vaccination semble donc avoir des conséquences importantes sur la mortalité des personnes concernées, mais influe-t-elle sur le nombre de descendants de ces dernières ?

La réponse, ici, est sans doute négative. En effet, en France, l’ultramajorité des décès liés au Covid concerne des personnes âgées de plus de 65 ans. On peut donc supposer que ces décès affectent peu le nombre de descendants biologiques engendrés par les populations touchées, vaccinées ou non. De ce point de vue, la non-vaccination ne semble donc pas pouvoir être considérée comme une caractéristique qui soumet sa population à l’action de la sélection naturelle.

La (non-)vaccination est-elle une caractéristique héritable ?

Admettons, toutefois, que le nombre de descendants des non-vaccinés soit inférieur à celui des vaccinés. La disparition des non-vaccinés, par sélection naturelle, nécessiterait, de plus, que cette caractéristique soit héritable. Dans cette hypothèse, les descendants des non-vaccinés, déjà moins nombreux que ceux des vaccinés, ont davantage de chances d’être non-vaccinés, et auraient ainsi à leur tour moins de descendants, conduisant à un amenuisement progressif de la population.

Ce scénario de science-fiction s’appuie sur de nombreux présupposés fragiles :

  • La fertilité inférieure des non-vaccinés, ce que nous avons contesté ci-dessus, et
  • l’héritabilité de la non-vaccination.

Une caractéristique peut être héritable de plusieurs façons. Il peut, d’abord, s’agir d’une transmission génétique. Est-ce envisageable pour la non-vaccination ?

Pas vraiment : accepter ou refuser la vaccination est un choix. Il est peu probable que notre faculté générale de raisonnement ait une base génétique si précise qu’elle nous pousse à adopter préférentiellement certaines croyances.

A minima, imaginons que des bases génétiques existent pour certains “biais” de raisonnement.

Mais quel biais serait susceptible de favoriser principalement la non-vaccination ? Même si le refus de la vaccination résulte d’une forme d’irrationalité, les vaccinés sont-ils plus rationnels ? On peut refuser de se vacciner par conformisme, pour faire acte d’opposition ou de réflexion autonome… mais le choix de la vaccination emprunte des chemins similaires ! Autrement dit, rien ne prouve que le raisonnement des non-vaccinés soit fondamentalement différent de celui des vaccinés. Bien des vaccinés ont “suivi le mouvement” ou sont persuadés de mieux réfléchir que les autres… L’idée de l’existence d’une base génétique à la non-vaccination est donc ténue.

En somme, la propagation accrue de certaines idées peut contrebalancer les chances accrues de disparition de ceux qui les répandent.

Cependant, il existe au moins un autre mode de transmission de comportements : la transmission culturelle. On parle d’évolution culturelle lorsque des idées ou croyances se propagent directement d’individu à individu. Cette transmission peut se faire “verticalement”, de parents à enfants.

Les enfants de non-vaccinés ont-ils davantage de chances de ne pas l’être ? Lorsqu’ils sont mineurs, certainement, puisque la décision revient à leurs parents. Mais qu’en est-il de leurs croyances sur le long-terme, une fois le foyer familial quitté ? Il existe beaucoup de données anecdotiques – de nombreux exemples de familles soudées ou divisées à ce sujet – mais peu d’études empiriques systématiques.

Si, à ce stade, l’idée d’une élimination des non-vaccinés par sélection naturelle ne semble pas tenable, cette hypothèse initiale nous permet d’explorer, plus généralement, ce qui sous-tend l’extension ou la résorption de l’opposition à la vaccination. Les non-vaccinés meurent davantage que les vaccinés, mais le refus de la vaccination, lui, a d’autres moyens de se répandre. Pour cela, la non-vaccination peut compter sur les autres dynamiques de l’évolution culturelle : la transmission “horizontale” (au sein d’une même génération) ou “oblique” (entre individus quelconques de générations différentes).

Comment le refus de se faire vacciner pourrait-il se transmettre davantage que son acceptation ? L’idée pourrait être plus attractive ; et les non-vaccinés pourraient être plus actifs dans leurs entreprises de persuasion. Il faudrait que cette transmission culturelle compense le taux de mortalité supérieur dans l’entourage des non-vaccinés, qu’ils contaminent davantage. Autrement dit, si les non-vaccinés ont un entourage moins nombreux que les vaccinés, il faut qu’ils transmettent plus souvent ou plus efficacement leurs croyances pour qu’elles puissent tout de même se répandre.

En somme, la propagation accrue de certaines idées peut contrebalancer les chances accrues de disparition de ceux qui les répandent. Les phénomènes culturels peuvent ainsi avoir des effets opposés aux effets biologiques. Pour savoir si c’est le cas, il faudrait déterminer si, et si oui à quel point, le refus de vaccination est plus convaincant, plus intuitif, plus séduisant ou plus activement défendu que l’attitude opposée. Il s’agit d’une question empirique à laquelle nous ne pouvons répondre ici.

Reste qu’en l’absence de telles données d’observation, il n’y a pas de raison de penser que la mort proportionnellement plus fréquente de non-vaccinés est un exemple de sélection naturelle, ni qu’elle laisse présager une disparition graduelle du refus de vaccination, et ce, même si cela ferait plaisir à certain·e·s vacciné·e·s…

Par Cedric Paternotte, maître de conférences en philosophie des sciences à Sorbonne Université. @cedric_p
Image © Mathilde Florance, 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.