Catégories
Blog

Il est stérile de rattacher l’hésitation vaccinale au complotisme.

Image © Mathilde Florance, 2021

Si la France a pu déchanter, ces derniers jours, sur la supposée supériorité de son équipe de football masculine, notre nation peut cependant se targuer d’une supériorité incontestable dans un autre domaine : la défiance envers les vaccins. Des rapports (comme celui du Wellcome Global Monitor) attestent de l’intensité, spécifique à notre pays, du désamour ressenti envers cette solution préventive.

Les vaccins développés pour immuniser la population contre la Covid-19 ne font pas exception à ce sujet. Une étude Ipsos de décembre 2020, avant leur commercialisation, montre que seuls 57 % des Français désirent être vaccinés si un vaccin venait à être disponible. C’est bien inférieur aux voisins allemands (68 %), espagnols et italiens (80 %) et britanniques (89 %). Les derniers résultats de l’étude YouGov, publiés mi-mai, confirment cette tendance : plus de 60 % des Français considèrent le vaccin AstraZeneca comme dangereux, un pourcentage supérieur à celui des Français qui considèrent le vaccin Pfizer/BioNTech comme fiable.   

Dans la sphère publique, il arrive de désigner la population défiante envers les vaccins contre la Covid-19 par le terme générique « d’antivaccin » (ou antivax, pour les branchés). Cette notion est, de plus, presque systématiquement associée à l’épouvantail médiatique du moment : le complotisme. La question « Pourquoi la France de Pasteur est l’un des pays les plus anti-vaccin du monde ? » fût, par exemple, le sujet de lancement de l’émission Anti-complot sur la chaîne d’information LCI. Si elle débute par un panorama large des raisons de la défiance, l’interview sur France Inter d’Antoine Bristielle et Rudy Reichstadt, glisse vers une discussion exclusive des liens entre antivaccination et complotisme, faisant la part belle au documentaire Hold-Up et au rôle de différents influenceurs sur les réseaux sociaux. 

Ces discussions opèrent un double amalgame. On assimile d’abord la méfiance envers les vaccins à de l’antivaccination, puis l’antivaccination à du complotisme. Ces deux mouvements permettent de rattacher une opinion spécifique (sur l’efficacité, la sûreté et la nécessité d’un vaccin contre la Covid-19) à un camp beaucoup plus vaste au sein d’une véritable guerre d’opinion. D’un côté, les défenseurs des sciences, de la raison et de l’objectivité, attachés aux idéaux des Lumières, au progressisme et à la démocratie. De l’autre, les complotistes, masses biberonnées aux fake news et abreuvées des flots putrides et populistes des réseaux sociaux.

Rattacher la défiance envers les vaccins Covid-19 au complotisme équivaut donc à une campagne visant à saper la légitimité de cette position. La vaccination fait aujourd’hui l’objet d’un consensus scientifique, d’une autorisation officielle et d’une injonction morale. Elle est martelée comme la seule solution de sortie de crise face à cette pandémie. Les antivaccins sont donc présentés comme des opposants, à la fois, à la raison scientifique et à la santé publique. 

Cet article est une tentative de transposition, dans le contexte actuel, d’arguments énoncés par la philosophe canadienne Maya J. Goldenberg dans son livre Vaccine Hesitancy. A partir d’une étude des attitudes envers la vaccination pour enfants, elle opère une critique minutieuse de l’idée selon laquelle la science (et la démocratie) doit se livrer à une guerre contre des factions complotistes, représentées dans ce contexte par les antivaccins. Elle considère que cette présentation du problème est aussi fausse qu’inefficace. Goldenberg préfère parler d’une crise de confiance, provenant d’inquiétudes légitimes et négligées, et qu’il faut s’atteler à comprendre et à résoudre. 

Le titre du livre souligne une première thèse : on y parle « d’hésitation vaccinale ». Cette notion désigne une attitude d’ambivalence envers les vaccins, une interrogation autour de leur sécurité, efficacité et nécessité. L’hésitation vaccinale, une attitude, n’est généralement pas suivie par un comportement de refus de la vaccination. Le terme « d’antivaccin », qui désigne un rejet de la vaccination comme stratégie thérapeutique dans sa globalité, n’est donc pas approprié à cette situation. Il paraît très exagéré d’assimiler l’ensemble de la défiance observée contre les vaccins Covid-19 à une position aussi radicale.

L’assimilation de l’hésitation vaccinale à une forme de complotisme est une manière à la fois d’exprimer son mépris pour cette opinion, mais aussi de masquer sa normalité. L’acceptation ou l’hésitation vaccinale constituent, selon Goldenberg, deux opinions symétriques, dont la seule différence réside dans la confiance.

La recherche scientifique est parcourue, à tous les niveaux, par des relations de confiance. Au niveau de la communauté scientifique, aucun travail n’est possible sans le renouvellement continu de la confiance entre collègues à tous les niveaux, de la collecte des données à leur interprétation. L’évaluation publique des résultats et des technologies produites par la recherche scientifique n’échappe pas plus à ce besoin de confiance. Le volume et la technicité des informations scientifiques rendent le plus souvent nécessaire, pour le public, de s’appuyer sur l’analyse d’experts. La crédibilité de ces derniers, et des faits qu’ils ou elles présentent, dépend en grande partie de leurs qualités morales (« ces personnes sont-elles dignes de confiance ? ») et de celles de l’institution qu’ils ou elles représentent. Toute source d’entrave à cette confiance peut miner l’acceptation des informations scientifiques présentées.

La confiance en la vaccination passe donc inévitablement, pour Goldenberg, par un « acte de foi ». Par cela, elle désigne d’abord le fait que le savoir scientifique ne se suffit pas, en lui-même, pour établir la confiance envers le vaccin. Ce savoir est, par principe, incomplet : l’urgence du contexte fait qu’on manque de recul, ce qui accentue les limites intrinsèques des méthodes employées pour évaluer l’efficacité et la sécurité des vaccins. Faire confiance aux vaccins, c’est faire preuve d’optimisme au sujet de ces incertitudes. C’est aussi avoir foi en la parole et les actions de la communauté scientifique, des industries pharmaceutiques et du monde politique qui nous exhortent à nous faire vacciner. L’hésitation vaccinale repose sur une rupture partielle ou totale dans cette chaîne de confiance.

Cette stratégie de guerre d’opinion solidifie plutôt qu’elle ne réduit le déficit de confiance : c’est une stratégie perdante.

De ce point de vue, l’hésitation vaccinale n’est pas le reflet d’une partition binaire du monde entre rationalité et irrationalité, ou entre les héritiers des Lumières et les complotistes. Elle est le produit diffus d’une confiance variable dans les institutions politiques et scientifiques. La caricature de l’antivaccin comme complotiste n’aide pas à capturer cette diversité et n’incite pas à une remise en cause des institutions à la source de cette défiance. Le prêche de la « bonne parole » scientifique couplée à la stigmatisation de la mal-pensance complotiste n’a pour effet qu’une polarisation accrue de l’opinion. Cette stratégie de guerre d’opinion solidifie plutôt qu’elle ne réduit le déficit de confiance : c’est une stratégie perdante.

Les origines de l’hésitation vaccinale se trouvent donc dans une crise de confiance. C’est, en somme, ce que montre l’étude menée en France par la fondation Jean Jaurès. La large défiance envers les institutions politiques est une tendance de longue date, observée par exemple dans le dernier rapport national de l’Eurobaromètre (automne 2019), et il est peu probable que ces chiffres se soient améliorés au cours de la pandémie. A cette défiance envers les institutions politiques s’ajoute une crainte que la mise en place de contraintes légales, telles que l’obligation vaccinale (qui est fréquemment évoquée pour le personnel soignant), masque sous une rationalité sanitaire le contrôle et la restriction accrue des libertés individuelles.

La mise sur le marché des vaccins nécessite, en plus de celle accordée à la parole politique et médiatique, une confiance importante envers l’industrie pharmaceutique. Faire confiance aux vaccins, c’est faire confiance à la qualité de leurs chaînes de production et l’intégrité des recherches qu’elles ont effectuées pour tester l’efficacité et la sécurité des vaccins. C’est aussi faire confiance aux autorités publiques de contrôle de ces entreprises. La confiance requise est donc très importante, à la hauteur de l’espoir placé dans leurs produits.

Cet édifice de confiance est cependant fragile. Depuis la seconde partie du 20e siècle, l’emprise croissante de cette industrie dans la gestion quotidienne de notre santé est émaillée de succès. Pour les vaccins, on peut parler de la réduction drastique de l’incidence de certaines maladies infectieuses mortelles telles que la variole, déclarée « éradiquée » par l’OMS en 1980, ou la diphtérie, qui a quasiment disparu du territoire français. L’imaginaire collectif est cependant marqué par des scandales sanitaires retentissants qui mirent au jour les pratiques frauduleuses de certains laboratoires (celui du Mediator des laboratoires Servier étant le plus frais dans nos mémoires). Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que la confiance du public envers Pfizer/BioNTech, Moderna, Janssen et surtout AstraZeneca puisse facilement céder.

Il n’est pas étonnant, non plus, que la pandémie ait entamé la confiance dans la parole scientifique. Le rapport, déjà cité, de la fondation Jean Jaurès, estime que cette défiance accrue dans l’autorité des scientifiques, observée depuis le début de la pandémie, est une conséquence directe de la mise en scène médiatique de pseudo-controverses scientifiques. A ce titre, la figure de Didier Raoult cristallise les critiques. Il fut, de très loin, la personnalité scientifique la plus médiatisée du début de la pandémie (voir ce rapport de l’INA datant de juin 2020). Ses critiques véhémentes et variées des institutions politiques et scientifiques, accompagnées d’affirmations aussi fréquentes que controversées (si ce n’est totalement fausses) ont, selon ses détracteurs, détourné le débat public de positions plus raisonnables et nuancées.

Il est possible, cependant, de fournir une explication supplémentaire à cette défiance envers les scientifiques. Depuis le début de la pandémie, on assiste à la mise en porte-à-faux de la science comme source principale de légitimité des décisions politiques (le confinement, le port du masque, la mise sur le marché de médicaments…). La parole politique n’a eu de cesse de reproduire l’idée selon laquelle la science « dicte » leurs décisions. Cette instrumentalisation politique de la science peut, d’abord, faire reporter sur la science la défiance existante envers les institutions politiques. De plus, cette vision simpliste du monde scientifique, comme fabrique d’idées consensuelles et applicables au monde extérieur, est en décalage avec l’existence normale et visible de dissensions et de controverses en son sein. Si l’on ajoute à cela le miroir déformant des médias, qui sont plus friands à l’idée de mettre en lumière les controverses que les consensus, il devient difficile pour le public de s’y retrouver lorsque l’on invoque « la science » pour motiver les décisions politiques.

Pour résumer, nous avons donc beaucoup à perdre en assimilant l’hésitation vaccinale au complotisme. Il s’agit avant tout d’une affirmation de supériorité morale et de mépris envers les « antivaccins », qui évite la remise en question de ceux qui formulent ces accusations, tout en cachant derrière un terme simpliste et péjoratif une variété d’attitudes. Ensuite, cela masque la cause principale de cette hésitation, qui est une crise de confiance dans les institutions politiques et médiatiques qui s’étend vers les acteurs scientifiques. L’acquisition et l’entretien de cette confiance sont des défis qu’il faut prendre au sérieux. Les acteurs politiques, médiatiques et scientifiques se doivent de prendre en compte les critiques qui sont formulées à leurs égards, ainsi que les inquiétudes générées par des prises de décisions hâtives, parfois incohérentes, dans l’opacité apparente. Maquiller la défiance en complotisme équivaut à un aveu de défaite du pouvoir politique. Pourtant, seul un regain de confiance permettra, selon Goldenberg, de limiter l’attrait des formes « alternatives » d’expertise, qui, malgré la fréquence de leurs erreurs et leur manque souvent flagrant d’intégrité, ont le mérite d’apporter une réponse aux inquiétudes souvent légitimes de la population.

Par Thomas Bonnin, chercheur postdoctorant à l’Université Clermont Auvergne. @Tom_Bonnin
Image © Mathilde Florance, 2021

Par Thomas Bonnin

Chercheur postdoctorant en épistémologie et en histoire des sciences, spécialisé en sciences de la vie et biomédicale. Travaille actuellement pour le projet ANR Epancopi associé à l'Université Clermont Auvergne (Laboratoire PHIER).

8 réponses sur « Il est stérile de rattacher l’hésitation vaccinale au complotisme. »

Bonsoir M. Bonnin,

Un ami de la SPSG a récemment attiré mon attention sur votre article et je vous en remercie : il est à la fois utile et instructif, de plusieurs façon. Tout d’abord, parce que l’on désenglue (grâce à l’analyse de Goldenberg) les questions de décision, d’éthique et de Science, permettant de voir que ce sont des niveaux d’analyses entremêlés mais distincts. Ensuite, parce que l’on rentre sur une question fondamentale et souvent abordée de façon maladroite en épistémologie : le lien inéxorable qui existe entre des questions épistémologiques (que le chercheurs croit souvent  » pures « ) et des questions socio-anthropologiques (que l’épistémologue asocial et sans corps oublie volontairement, contrairement à l’historien des sciences, surtout s’il est de sensibilité bachelardienne).

Si je salue ce petit texte, fort à propos, je relève toutefois son caractère inégal : très bien argumenté avec finesse dans sa première moitié, beaucoup moins dans sa deuxième (ceci n’est guère un reproche pour un tel  » post « , seulement une manière de rouvrir ou d’initier un élargissement du débat).
Je partage avec vous l’idée de la  » crise de confiance « , toutefois nous n’y voyons pas les mêmes causes : elles peuvent être superficielles (des remous médiatiques), mais aussi plus profonde (une méfiance, voire une défiance, qui, pour le dire de façon sociologiquement compréhensive, n’est pas sans raisons). Citer  » l’imaginaire collectif  » ne sert pas votre analyse car on tend à comprendre que toutes les peurs (qui attaquent justement la confiance à la racine), ne sont en fait qu’imaginaires, alors que le Médiator, mais aussi de nombreux autres scandales sanitaires, sont des faits avérés et donc bien réels. C’est l’interprétation de ces mêmes faits qui reste ouverte et les conclusions, ou plus exactement les inférences, que l’on peut en tirer… ou non (plus l’on est partiel et plus l’on est partial, et donc d’autant moins  » scientifique « ).
De plus, vous prenez parti sur la figure médiatique du Pr. Raoult (non sur la personne, ni sur le scientifique qu’il est), sur la base d’un rapport de l’INA de 06/2020 quand nous sommes en 07/2021 (moment de l’écriture de votre article et de ma réponse) ; hors depuis 06/2020, c’est une quantité de médecins  » politiquement corrects  » (comprendre : allant dans le sens du discours gouvernemental) que l’on a très largement vu et entendu dans les médias, avec un dénigrement systématique de la critique, rompant ainsi toute forme de débat contradictoire rationnel, afin d’imposer (à tort ou à raison, l’histoire le dira) un point de vue, comme la première partie de votre article l’explique bien. Quand vous écrivez  » Ses critiques véhémentes et variées des institutions politiques et scientifiques, accompagnées d’affirmations aussi fréquentes que controversées (si ce n’est totalement fausses) ont, selon ses détracteurs, détourné le débat public de positions plus raisonnables et nuancées. « , vous relayez mais aussi endossez la position institutionnelle dominante, vous retrouvant rattrapé, peut-être sans même vous en rendre compte, par la doxa que vous aviez si finement distingué en première partie et venant permettre des amalgames institutionnellement utiles pour discréditer la personne et donc réduire au silence les arguments d’un message qui ne sera guère plus écouté, puisque son porteur aura été discrédité ( » tuer le messager pour tuer le message « ). De façon anecdotique, j’invite vos lecteurs à cliquer sur le  » totalement fausses  » en rouge reliant à une vidéo Youtube de D. Raoult de 6’50, que j’invite tout un chacun ayant un sens critique à écouter jusqu’au bout et replacer dans son contexte de production de 02/2020 (la France ne prenant des mesures contre le Covid que mi-mars 2020) ; ce que cette personne dit (indépendant de son statut de scientifique et encore moins de personnalité médiatique, puisqu’il est complètement inconnu du grand publique à cette époque), est-ce, comme vous l’écrivez, possiblement totalement faux ? Suite plus bas.

Reprise de mon message, décidément beaucoup trop long…
Ce que je comprends du message de D. Raoult (qui n’a jamais changé de ligne éditoriale, encore aujourd’hui) : il n’y a pour l’instant que peu de morts (0,5% à Wuhan, ce qui n’est pas très élevé pour une maladie infectieuse), l’épidémie ne se répandra pas si l’on teste sérieusement les gens, mais ce n’est clairement pas ce qui est fait (il donne deux exemples). Tout ça pour dire (je m’excuse de cette longueur) que ce paragraphe ne sert pas votre argument principal et vient finalement plus le décrédibiliser qu’autre chose, à cause d’une prise de position sous-jacente sur qqc de beaucoup moins simple que ce que la rhétorique dominante voudrait laisser entendre, du type vaxx ou anti-vaxx.
Je partage tout à fait votre conclusion, mais invite à aller au-delà d’une simple crise de confiance (un symptôme, cad un constat et une description) pour remonter aux causes de celle-ci (une étiologie, cad une cause et une explication). Je pense que celle-ci est à chercher dans une théorie de l’action que les sciences sociales sont tout à fait à même de produire, en élucidant les raisons des acteurs de douter de, ne plus se fier à, voire de se méfier, notamment des institutions dominantes. La non prise en compte de la critique est une forme de surdité qui n’est pas l’apanage d’un fonctionnement réellement démocratique ; comme le disait Coluche, la différence entre la Dictature et la Démocratie est simple : ferme ta gueule vs. cause toujours. Les formes  » alternatives  » d’expertise prennent alors un sens épistémique particulier : non celui d’une connaissance nécessairement scientifique, mais celui d’une connaissance source de résistance à un pouvoir politique voulant réduire la critique (et donc le sens critique) au silence, bref un moyen de ré-instituer un contre-pouvoir là où il n’y en a plus vraiment, à partir des marges et des franges, quitte à ne pas être parfaitement rationnel dans tous ses arguments. Il faut dire que puisqu’un régime d’oppression ( » guerre d’opinions « ) ne joue lui-même pas le jeu de la Raison mais celui de la Rhétorique, il est rationnel pour ses opposants de ne pas le jouer non plus, afin de ne pas se surcharger de contraintes  » plus royalistes que le roi  » ; on ne se trompe alors plus sur la nature du combat : il n’est pas de nature scientifique, mais bel et bien politique. Le choix d’être pro ou anti-vaccin (comme s’il n’y avait pas de possibilité non extrême) se réduit alors à une affiliation affirmée à un parti… politique. La critique épistémologique est souvent bien plus fine quand elle est assistée par la démarche critique issue des sciences sociales.
Toutes mes excuses d’avoir été extrêmement long. J’espère que ces commentaires vous inciterons à aller encore plus loin dans votre analyse, qui est aussi intéressante qu’utile à tout esprit réellement critique.
Bien à vous.

Votre article me fait penser au livre lu récemment d’Antoine Bristiel « A qui se fier »
Cette perte de confiance est le noeud de notre société actuelle, aussi bien dans le domaine de la santé que dans la participation citoyenne observée récemment au travers les dernières élections
Cette perte de confiance amène des actes d’hésitation et d’opposition

Vu d’Allemagne, j’avoue que j’ai du mal à comprendre cet acharnement franco-français contre les vaccins.
Je suis moi même français mais j’ai très peu eu de discussion en France sur ce sujet avant le covid.
Je disais souvent que je fais le vaccin contre la grippe chaque année car je suis personne à risque mais on m’a jamais fait la remarque du « pourquoi tu le fais, c’est un poison ».
Votre article est excellent car il me questionne sur mon rapport aux non vaccinés.
Pour la petite histoire, le gouvernement allemand a publié des vidéos courtes sur YouTube, expliquant et répondant à toutes les peurs sans amalgame ni prendre de haut les hésitants.
Je trouvais ridicule par exemple ceux qui se demandaient s’il y avait du porc dans le vaccin ou s’il provoquait une maladie auto-immune. Mais le ministre de la santé répondait sérieusement à toutes ces questions.

Bref, du coup, autour de moi, c’était plutôt la course au vaccin et ça l’est encore toujours ici en Allemagne. On va sûrement atteindre une asymptote de vaccination, bientôt.
Mais quand même, je me suis fait engueuler plusieurs fois par des amis français de ma génération (nés dans les années 80), ils trouvaient que je n’étais plus rebelle, que je suis parano et ne comprennent pas ma réticence à voyager (aucun voyage depuis 1 an et demi)… La France, un autre monde loin du consensus ici (même si y a des anti corona qui manifestent ici aussi bien sûr).
En conclusion, je suis toujours confus après l’article mais je vais faire des efforts …. Même si à la fin, je me fais engueuler par les hésitants aux vaccins 🙂

Ceux qui hésitent ne sont pas certes tous complotistes et c’est vrai qu’ il est difficile d’y voir clair. Mais les complotistes sont très antivax quand même. Mais je n’y connais rien aux complotistes alors peut être vaut mieux que je me taises à leurs sujets. Oui parfois on me fait confiance (au médecin de famille) pour le vaccin alors ça fait du bien. Je regrette que la vaccination ne soit plus considérée comme un acte médical alors qu’il est urgent de réconcilier l’opinion publique à ce sujet. Ce n’est pas l’injection qui importe mais la sensibilisation au préalable et une information médicale claire et objective qui pourrait transformer l’hésitation en adhésion, pas à tous les coups mais plus souvent que si on ne shunte pas la case médecin et prévention.

Merci Baud Minh pour ce commentaire !
Instinctivement, je suis d’accord : tous les hésitants ne sont pas complotistes (loin de là) mais il me paraîtrait normal qu’une bonne partie des complotistes soit antivax.
Et je suis d’accord sur le second point : il semblerait que la stratégie pour étendre la vaccination mise beaucoup sur une approche « comportementale » – celle d’inciter les gens à vouloir se faire vacciner. Ca peut marcher, mais je crains que ça soit beaucoup plus superficiel et moins efficace au long terme que les solutions que vous proposez.

Il me semble que cette phrase cite des groupes qui n’en sont pas. « D’un côté, les défenseurs des sciences, de la raison et de l’objectivité, attachés aux idéaux des Lumières, au progressisme et à la démocratie. De l’autre, les complotistes, masses biberonnées aux fake news et abreuvées des flots putrides et populistes des réseaux sociaux » Défenseurs des sciences = faux experts très médiatiques ? Qui sont les progressistes de nos jours ? Liens entre progressistes et démocraties ?? Les « conservateurs » sont-ils tous anti démocratie ?
Par ailleurs « La vaccination fait aujourd’hui l’objet d’un consensus scientifique » ? d’un choix et d’une stratégie de gestion sanitaire de population oui . Par contre toutes les vérifications protocolaires réellement scientifiques non. Faute de recul les validations ne peuvent pas encore être faites.
Effectivement les « hésitants » a la vaccination ne sont pas systématiquement des anti vaccins ou des complotistes
Je suis d’accord pour imaginer un réel problème de confiance envers : les soi-disant experts médiatisés, le président et son gouvernement , les industries pharmaceutiques. Comment choisir les messages dignes de confiance ? Par les mêmes canaux passent : des informations scientifiques, des croyances, des convictions, des postures purement politiques, des bobards ! Tout cela au même niveau. Les polémiques remplacent l’information sourcée . Effectivement : Il me parait faux de rattacher l’hésitation vaccinale au complotisme.

Merci Matthieu pour ton commentaire !

Sur ton premier commentaire : entièrement d’accord. C’est justement ce que je critique. C’est une caricature inutile que celle d’opposer les tenants du la raison et du progrès (pro-vaccins) aux complotistes perméables aux fake news (anti-vaccins), pour des tas de raisons incluant celles que je développe dans cet article et celles liées aux questions que tu soulèves.

Répondre à ton deuxième point demanderait un article en soi. Je vais essayer d’être court. Je pense qu’il n’existe quasiment jamais de situations, dans le domaine scientifique (et pas seulement médical) où « toutes les vérifications protocolaires scientifiques » sont effectuées avant la validation d’une hypothèse ou d’un protocole. C’est d’autant plus vrai dans les domaines où les sciences sont appliquées dans le monde réel. C’est encore plus marqué dans un contexte d’urgence. Obtenir des preuves cliniques demande du temps, de l’énergie et de l’argent. Et même avec tout le temps, l’énergie et l’argent du monde, ces méthodes ne sont jamais suffisantes pour éliminer totalement l’incertitude sur l’efficacité et la sureté d’un traitement (pour des raisons intrinsèques à ces méthodes). A partir de là, la question est plutôt de savoir, dans le contexte du Covid, quelles preuves suffisent pour qu’il y ait de grandes chances qu’un traitement soit efficaces et non dangereux sur la population? A partir de quand estime-t-on que les inconnues autour du vaccin/traitement nous paraissent moins dangereuses que le fait que nous soyons sans solution thérapeutique à la pandémie? C’est avec ces équilibres-là à l’esprit que le consensus politico-scientifique autour de la mise en place de la vaccination s’est fait (et c’est pas la première fois, l’épidémie du SIDA, ou celle, plus récente, d’Ebola, sont de bons exemples d’application « expérimentale » de traitements dans un contexte d’urgence). Ces arbitrages peuvent être critiqués, bien sûr. Mais ce que je veux dire, c’est que poursuivre une validations scientifique totale serait à la fois impossible, et probablement une perte de temps.

Sur le troisième point : je n’ai hélas pas de solution concrète à ce problème, qui dépasse totalement mon domaine de compétence. Par contre, je comprends effectivement que le chaos de messages n’aide vraiment pas le « citoyen lambda » à se faire une opinion stable sur le sujet.

Merci encore, et j’espère que ça répond à tes questions !

Répondre à Bonnin Mat Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.