Catégories
Blog

Faut-il refuser le confinement au nom du bien-être psychologique ?

par Florian Cova, département de philosophie, université de Genève

© Mathilde Florance, 2021

Depuis le 3 avril 2021, les Français sont reconfinés sur l’ensemble du territoire métropolitain. Le retour de cette mesure drastique est l’objet de controverses. Parmi les raisons de s’y opposer, on trouve l’idée selon laquelle les coûts psychologiques du confinement seraient de loin supérieurs aux bénéfices pour la santé. Cette position présuppose deux idées sur le confinement : (a) que ses conséquences psychologiques néfastes sont évidentes et (b) que ses bénéfices pour la santé ne le sont pas.

Mais est-ce vraiment le cas ? Le confinement imposerait-il aux Français un coût psychologique exorbitant ?  À l’aube du premier confinement, Santé Publique France a lancé l’étude CoviPrev qui suit « l’évolution des comportements et de la santé mentale des Français pendant l’épidémie de COVID-19 ». Les résultats les plus récents (mars 2021), résumés dans le tableau suivant, témoignent d’une nette dégradation du bien-être psychologique :

Hors épidémieMars 2021
Satisfaction générale85 % 76 % (-10,5 %) 
État dépressif10 %20 % (+100 %)   
État anxieux13,5 %21 % (+55,6 %)
Problèmes de sommeil (8 derniers jours)49 %65 % (+32,7 %) 
Pensées suicidaires (année écoulée)5 %9 % (+80 %) 

Ces chiffres impressionnants pourraient appuyer l’argumentaire des critiques des mesures de confinement.

Cependant, il serait maladroit de s’appuyer sur ces chiffres pour imputer au confinement un effet catastrophique sur la santé mentale des français, et cela pour deux raisons. Déjà parce qu’une comparaison de l’impact psychologique du confinement par rapport à la vie « d’avant », comme celle effectuée ci-dessus, ne permet pas de distinguer l’effet propre du confinement de celui du contexte général de la pandémie. En effet, le début du confinement coïncide de peu avec l’arrivée de la pandémie de COVID-19 dans la vie des français. Il se peut donc que la dégradation des indicateurs de l’état psychologique des Français soit due à la pandémie plutôt qu’au confinement lui-même.

À cela, on pourrait répondre qu’il est absolument évident qu’un confinement n’a rien de plaisant. Et c’est vrai que peu seraient prêts à douter qu’un train de vie « normal », tel que nous l’avons connu avant mars 2020, serait préférable à un énième confinement. Cependant, telle n’est pas la question : pour juger de la pertinence d’un confinement dans le contexte actuel, il ne faut pas comparer son effet sur la santé mentale à celui d’un train de vie « normal », mais à celui qu’auraient d’autres mesures (comme un couvre-feu) ou une absence de mesures (qui laisserait le champ libre à la pandémie).

Estimer l’effet du confinement sur la santé mentale et le bien-être psychologique s’annonce donc ardu. Selon l’étude CoviPrev, le pourcentage de français souffrant d’un état dépressif est autour de 20 % lors du premier confinement (de mars à mi-mai 2020). À la sortie de celui-ci, il diminue pour stagner vers 11 % (mi-mai à octobre 2020). Ce « retour à la normale » observé après le premier confinement n’est cependant pas observé après le second confinement. Depuis novembre, il oscille autour de 20 %. On peut proposer facilement de nombreuses explications à ces différences entre premier et second confinement. Quoi qu’il en soit, il semble difficile, à partir de ces chiffres, d’isoler un effet général du confinement sur la santé psychologique.

Cette méta-analyse permet donc d’écarter l’idée que le confinement est une torture psychologique générale et injustifiable à l’échelle d’une population.

Gabriele Prati, de l’université de Bologne en Italie, et Anthony D. Mancini, de l’université Pace aux États-Unis ont récemment publié dans le journal Psychological Medicine les résultats d’une méta-analyse. Cette méthode consiste à combiner les résultats d’études indépendantes pour observer des effets statistiquement plus robustes.

Pour ce faire, Prati et Mancini s’appuient sur les résultats de vingt-cinq études (treize en Europe, six en Asie, cinq en Amérique du Nord et une en Océanie) menées depuis le début de la pandémie. Pour estimer les effets distincts du confinement, chacune de ces études possède ce qu’on appelle un « groupe contrôle » : une population non confinée sur laquelle les mêmes outils de mesures de bien-être psychologique sont appliqués. Il y a, ici, deux manières de l’obtenir : soit par une étude « longitudinale », qui suit les mêmes individus avant et pendant le confinement ; soit par une « expérience naturelle », qui compare au même moment une population confinée avec une population qui ne l’est pas. Parmi les études incluses par Prati et Mancini, douze sont longitudinales, treize sont des expériences naturelles.

En plus de cette différence d’approche, les vingt-cinq études analysées diffèrent dans les variables mesurées au sein de ces populations. La majorité d’entre elles étudient les troubles de santé mentale (par exemple, la prévalence de dépressions, d’anxiété, de stress post-traumatique). Le reste se concentre sur le fonctionnement psychologique général (qualité de vie, satisfaction, bien-être).

Au terme de leur méta-analyse, les deux chercheurs arrivent aux conclusions suivantes : (i) le confinement n’a aucun effet détectable sur le fonctionnement psychologique général, (ii) le confinement a un effet délétère, mais faible, sur la santé mentale. Plus précisément, les données indiquent une augmentation de la dépression et de l’anxiété, mais une absence d’incidence sur le sentiment de solitude ou la fréquence de pensées suicidaires. Enfin, la durée du confinement ne semble pas affecter l’ampleur des effets.

Pour résumer, les effets délétères du confinement sur la santé mentale semblent donc faibles et localisés sur des aspects précis. Cette analyse parait valable malgré les limites de l’étude. Les auteurs estiment en effet qu’il y a peu de chances qu’un échantillon statistique plus large fasse apparaître un effet dramatique et englobant. Cette méta-analyse permet donc d’écarter l’idée que le confinement est une torture psychologique générale et injustifiable à l’échelle d’une population.

De nombreux effets plus spécifiques (et potentiellement importants) échappent cependant au regard de cette méta-analyse. L’étude se cantonne aux effets des premiers confinements qui, comme nous l’avons vu avec CoviPrev, peuvent différer des suivants. Aussi, elle ne prend pas en compte l’impact du consentement de la population envers ces mesures. Elle ne rend pas non plus compte d’effets spécifiques du confinement sur le bien-être psychologique de sous-populations qui, pour des raisons professionnelles (par exemple, le personnel soignant ou enseignant) ou personnelles (les enfants et adolescents, les populations vulnérables, les personnes âgées) peuvent être dramatiquement impactées par ces mesures. Enfin, elle ne nous renseigne pas sur les conséquences psychologiques des nombreux effets collatéraux (notamment économique), à moyen terme et long terme, des mesures de confinement.

Les résultats comme ceux de Prati et Mancini ne fournissent donc pas d’argument massue permettant de dissiper le débat sur la légitimité du confinement. Idéalement, ces discussions se nourrissent d’une génération continue et d’une interprétation sophistiquée d’un spectre large de données scientifiques pertinentes, incluant entre autres d’autres méta-analyses (comme par exemple cette étude parue dans le Lancet qui suggère que le nombre de suicides n’a pas augmenté depuis le début de la pandémie). En pratique, la décision ou non de confiner (a) se fait inévitablement dans un contexte de connaissances incomplètes sur les nombreuses ramifications de la décision, incluant celles sur le bien-être psychologique de la population et (b) inclut potentiellement la tâche éthiquement difficile de devoir imposer aux individus les plus vulnérables psychologiquement le poids des mesures adoptées.

La clarification des enjeux éthiques et épistémologiques qui sous-tendent ces questions difficiles liées à la pandémie est au cœur du projet Epancopi. Nous tâcherons de continuer à les explorer lors de nos prochaines publications.


Une réponse sur « Faut-il refuser le confinement au nom du bien-être psychologique ? »

Hier soir, j’ ai entendu le professeur Nicolas Franck présenter les conclusions de son livre intitulé “Covid-19 et détresse psychologique, Covid-19 et confinement”. Je dois avouer que ses conclusions me paraissent à la fois hâtives par rapport au peu de recul que nous pouvons avoir aujourd’hui sur les effets de cette pandémie et du confinement, généralisantes et assez normatives sur la manière de faire pour vivre une telle période. Votre article m’ a apporté un éclairage plus nuancé en suivant une méthodologie rigoureuse, c’ est une belle surprise! Merci

Répondre à Florie v Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.